sapin


sapin

sapin [ sapɛ̃ ] n. m.
• v. 1100; lat. sappinus, gaul. °sappus, croisé avec pinus « pin »
1Arbre de moyenne altitude (pinacées), conifère à tronc droit, à écorce épaisse écailleuse, à branches plongeantes, et à feuilles persistantes ( aiguille) , dont l'organe reproducteur est un cône dressé ( 1. pomme). Le sapin blanc ou sapin des Vosges est l'espèce la plus répandue en Europe. Forêt de sapins. sapinière. « Mon beau sapin, roi des forêts » (chanson). Miel de sapin. Vert sapin : vert sombre. — Cour. (abusif en bot.) Arbre résineux d'aspect analogue (pin, épicéa). Les sapins de Noël sont des épicéas. Bourgeons de sapin (de pin sylvestre).
2Bois de cet arbre, bois blanc très couramment employé en menuiserie, en ébénisterie. « Une table de bois, une planche de sapin qui soutenait quelques livres » (Diderot). Cercueil en sapin.
Loc. fam. (1694; par allus. au cercueil ordinairement fait de ce bois) Sentir le sapin : n'avoir plus longtemps à vivre.

sapin nom masculin (ancien français sap, du latin sapinus) Conifère (pinacée) des régions tempérées de l'hémisphère Nord, dont l'espèce la plus répandue en Europe occidentale est le sapin pectiné, appelé aussi sapin blanc ou sapin des Vosges. ● sapin (expressions) nom masculin (ancien français sap, du latin sapinus) Familier. Passer un sapin à quelqu'un, au Canada, le berner, le duper. Familier et vieux. Sentir le sapin, être très malade, près de mourir.

sapin
n. m.
d1./d Résineux (genre Abies) des régions tempérées à feuilles persistantes en aiguilles.
|| Cour. et abusiv. Tout conifère à aiguilles (épicéa, mélèze, etc.).
d2./d Bois de cet arbre.
d3./d Loc. Fam. Sentir le sapin: être très malade, être proche de la mort.
|| (Québec) Passer un sapin à qqn, le duper.
Se faire passer un sapin: se faire duper.

⇒SAPIN, subst. masc.
A. — 1. BOT. Arbre conifère résineux de la famille des Abiétinées, à tronc droit et élevé, à écorce grisâtre et écailleuse, à branches plongeantes, à aiguilles persistantes, dont le fruit est un cône dressé et dont on rencontre de nombreuses variétés en moyenne montagne. Sapin argenté, pectiné; sapin de Douglas; cône, bourgeon de sapin; bois, forêt, bouquet de sapins; grand, majestueux, vieux sapin; allée, avenue (plantée) de sapins. [Les bouleaux] sont disséminés parmi les sapins pyramidaux, dont les troncs noirs élèvent vers les cieux leurs rameaux toujours verts, symbole de l'immortalité chez les Orientaux (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 239):
Sapin géant ou de Vancouver (...). Originaire d'Amérique du Nord et notamment de la région de Vancouver d'où il tire son nom, le sapin géant y vit en société avec le Douglas, le Thuya et diverses autres espèces mais n'y forme jamais de peuplements purs.
COCHET, Bois, 1963, p. 43.
En partic. Sapin (de Noël). Sapin que l'on place dans une maison ou un lieu public et que l'on décore traditionnellement dans certains pays au moment de Noël. Synon. sapin de Noël, arbre de Noël. Les épis de Noël crépitaient, Lambert et Vincent aspergeaient Henri d'étincelles; Paule allumait sur le sapin les bougies enfantines (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 16).
Vert sapin.
2. Bois de cet arbre utilisé en menuiserie, en ébénisterie; p. ext., bois de résineux. Quant au sapin, il se fend par lames très-minces, et c'est encore du bois refendu qui, selon M. Bien-Aimé, layetier-emballeur, ne sert, quand l'ouvrage est soigné, qu'à la confection des petites caisses (NOSBAN, Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 200). Usage d'un parquet jointif en bois, ayant une certaine souplesse. Le sapin est préférable au chêne, trop dur et trop peu élastique (BOURGAT, Techn. danse, 1959, p. 22).
De, en sapin. Plancher, parquet en sapin; chambre, bibliothèque en sapin; buffet, pupitre, table de sapin. On revêtit les murailles humides d'ais de sapin pour les rendre habitables, et le logis fut prêt en trois mois (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 1, 1840, p. 391). Mme Verdurin était assise sur un haut siège suédois en sapin ciré, qu'un violoniste de ce pays lui avait donné et qu'elle conservait, quoiqu'il rappelât la forme d'un escabeau et jurât avec les beaux meubles anciens qu'elle avait (PROUST, Swann, 1913, p. 205).
B. — 1. P. méton.
a) Cercueil. — (...), il n'a plus qu'à se flanquer au lit et boire du meilleur. — Autrement... au sapin! — Oui, c'est à craindre (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 38).
Pop. Costume, pardessus, etc. en sapin. Cercueil. Qu'est-ce qu'il a donc, le père Tellier?... Il tousse qu'il en secoue toute sa maison, et j'ai bien peur que, prochainement, il ne lui faille plutôt un paletot de sapin qu'une camisole de flanelle (FLAUB., Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 120).
Loc. pop., fam. Sentir le sapin. Être près de la mort. (Dict. XIXe et XXe s.). Sonner le sapin. Annoncer la mort. Elle la voyait se tenir aux murs pour marcher, pliée en deux par une toux qui sonnait joliment le sapin (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 757).
b) Fam., vx. Voiture de place tirée par un cheval. Synon. fiacre. Nous étions suivis d'un sapin qu'il avait pris à l'heure pour aller je ne sais où et qu'il garda jusqu'à minuit sans pouvoir se dépêtrer de notre folle compagnie (SAND, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 124). Il fallait d'abord trouver un fiacre, opération pénible et chanceuse, surtout quand il pleuvait. Si l'on était heureux, au bout d'un quart d'heure ou de vingt minutes, on arrêtait un sapin à rideaux rouges, monté par un vieux cocher à carrick, qui conduisait une haridelle boiteuse, ou, pour parler plus proprement, un horrible canasson (FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 555).
2. Région. (Provence), vx. Gendarme, militaire. Ne bougez pas, me dit-elle en patois [provençal, aux environs d'Aix, 1799]; les environs sont remplis de sapins (gendarmes) qui furettent de tous côtés (VIDOCQ, Mém., t. 1, 1828-29, p. 409).
REM. Sapiné, -ée, adj. et subst. fém. a) Adj. Planté, couvert de sapins. On sut que le messie des montagnes sapinées faisait de ses mains du mortier de lait de chèvre (GIONO, Manosque, 1930, p. 69). b) Subst. fém. Contenu d'une sapine (v. ce mot C). (Dict. XIXe et XXe s.).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 « le bois de l'arbre » (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, éd. L. Constans, 18478); 2. ca 1179 « arbre à feuillage persistant » (Renart, éd. M. Roques, 771); 3. a) 1694 sentir le sapin « n'avoir plus longtemps à vivre » (Ac.); b) 1695 surtout de sapin « cercueil » (REGNARD, Le Bal ds Œuvres, t. 2, p. 256 [éd. de 1830]); 1867 id. (DELVAU); 4. 1723 « petite voiture, fiacre » (d'apr. DELESALLE, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., 1896). Du lat. sappinus « sorte de sapin », la forme anc. fr. sap (fin XIe s., RASCHI, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 2, p. 128), est issue d'un mot pré-lat. sappus, qui a donné p. compos. avec le lat. pinus « pin » la forme sappinus (v. FEW t. 11, p. 216; REW, 7592). Fréq. abs. littér.:1 321. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 1 978, b) 1 921; XXe s.: a) 2 275, b) 1 531. Bbg. BERTONI (G.). Etymologien. Arch. rom. 1925, t. 9, pp. 422-423. — CHAUTARD Vie étrange Argot 1931, p. 317. — GOHIN 1903, p. 350. — MONNOT (R.). Dat. nouv. Fr. mod. 1952, t. 20, p. 226.

sapin [sapɛ̃] n. m.
ÉTYM. 1080; du lat. sappinus, chez Pline, probablt croisement d'un gaulois sappus, et du lat. pinus « pin »; selon Guiraud, à rattacher au roman sappere « produire de la sève », du lat. sapa (→ Sève), le sapin étant l'arbre « producteur de sève ».
———
I
1 Arbre résineux (Conifères, Abiétacées; n. sc. : Abies) à tronc droit, à écorce épaisse écailleuse, à branches plongeantes et à feuilles persistantes ( Aiguille), dont l'organe reproducteur est un cône dressé. Pomme (de pin). || Relatif au sapin. Abiétin. || Le sapin, arbre résineux qui résiste aux gelées. || Sapins du Nord (→ Denteler, cit. 1), de Russie (→ Avorton, cit. 3), du Canada; sapins des terres sablonneuses (→ Produire, cit. 4). || Sapin baumier (Abies balsamea) qui fournit le baume du Canada. || Sapins à la sombre verdure (→ Gorge, cit. 32). || Sapins odorants (→ Insecte, cit. 3). || Forêt de sapins. Sapinière (cit. 2). || « Mon beau sapin, roi des forêts… » (chanson). || Décoration de branches de sapin (→ Guirlande, cit. 3). || Radeau de troncs de sapin (→ Gouvernail, cit. 2). || Équarrir (cit. 1) des troncs de sapin. || Bois de sapin.Vert sapin : vert sombre.
1 Les sapins en bonnets pointus
De longues robes revêtus
Comme des astrologues
Saluent leurs frères abattus
Les bateaux qui sur le Rhin voguent
Apollinaire, Alcools, p. 129.
2 De ma fenêtre, je vois la forêt brûlée par l'automne et les hachures vert sombre des sapins (…)
Paul Morand, l'Europe galante, p. 29.
tableau Désignations de couleurs.
Cour. (abusif en bot.). Arbre résineux d'aspect analogue (pin, épicéa). || Boisson faite de bourgeons de sapin (de pin). Sapinette. || Sapin de Noël. Arbre (de Noël).
tableau Noms d'arbres, arbustes et arbrisseaux.
2 Bois de cet arbre, bois blanc couramment employé en menuiserie, en ébénisterie. || Planche (cit. 1), plancher (→ Intérieur, cit. 10), coque de sapin (→ Pénétrer, cit. 5). || Cercueil en sapin. || Odeur de sapin frais (→ Menuiserie, cit. 1).
3 (…) à cette royauté française, qui avait eu à Versailles un trône d'or et à Saint-Denis soixante sarcophages de granit, il ne restait plus qu'une estrade de sapin et un cercueil d'osier.
Hugo, Choses vues, II, II, I.
Par ext., fam. (par allus. au cercueil ordinairement fait de ce bois). « Dans quatre ais (cit. 2) de sapin ». — ☑ Fam., par plais. Costume, pardessus de (en) sapin : cercueil. — ☑ Loc. fig. (1694). Sentir le sapin : n'avoir plus longtemps à vivre. || Un râle qui sonnait joliment le sapin (→ Pied, cit. 21).
4 Aussi, jusqu'à ce qu'on la cloue
Au sapin de l'enterrement,
Qu'on le lui reproche ou l'en loue,
Sidonie aura plus d'un amant.
Charles Cros, Triolets fantaisistes, in Œ. choisies, p. 128.
———
II (1723). Vx. Voiture de place, fiacre. || Il fallait m'envoyer un sapin (→ 1. Plante, cit. 1).Pop. (À Paris). Taxi.
5 (…) la famille songe à fréter un sapin pour ne pas manquer l'heure du dîner.
Germain Nouveau, Petits tableaux parisiens, Pl., p. 461.
6 Et La Filoche était rupin
Il allait des fois en sapin
Il avait du jonc (de l'or) dans sa poche
À la Bastoche.
A. Bruant, À la Bastoche.
DÉR. Sapine, sapineau, sapinette, sapinière.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sapin — sapin …   Dictionnaire des rimes

  • sapin — SAPIN. s. m. Espece de grand arbre resineux, verd en tout temps. Le sapin croist dans les montagnes. des ais de sapin. du bois de sapin. biere de sapin. le sapin sert à faire des mats de navire. On dit d Un homme qui a mauvais visage, & qui… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • sapin — fr. m. sapin ; anc. le temps passé sous les drapeaux. Ai fach mon sapin a Bordèu : j ai fait mon service militaire à Bordeaux. expr. Sentir lo sapin : être en danger de mort. voir sap …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • Sapin — ist der Familienname folgender Personen: Mathieu Sapin (* 1974), französischer Autor von Comics und Comiczeichner. Michel Sapin (* 1952), französischer Politiker Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit demselben Wort …   Deutsch Wikipedia

  • sapin — Sapin, Abies. De sapin, Abiegnus, Sapineus. Sapins haults, Prolixae abietes. La partie du sapin qui est sans neud, et est vers la terre, {{o=tee}} Sapinus …   Thresor de la langue françoyse

  • Sapin — Le nom est fréquent à la fois dans le Rhône et dans le Poitou (86, 79). Il désigne en principe un lieu où pousse le sapin. A envisager éventuellement, dans le Poitou, une déformation du nom de personne Sabin (ou Savin), popularisé par un saint… …   Noms de famille

  • Sapin — Pour les articles homonymes, voir sapin (homonymie). Sapin …   Wikipédia en Français

  • sapin — nm., conifère ; (à la Giettaz) épicéa (abies picea) : SAPIN (Aillon V., Albanais.001, Annecy.003, Arvillard, Giettaz, Montagny Bozel, Table, Thônes.004) ; darbé (Megève.201), R.5 => Abcès. E. : Aiguille, Arbre, Battoir, Branche, Charpente,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • sapin — (sa pin) s. m. 1°   Grand arbre résineux et toujours vert. •   Une vallée profonde, couverte de sapins dont la noirceur est rendue plus frappante par la brillante verdure des hêtres qui croissent au milieu d eux, SAUSSURE Voy. Alpes, t. II, p. 39 …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SAPIN — s. m. Grand arbre résineux et toujours vert, dont le tronc est ordinairement fort droit. Le sapin croît surtout dans les régions du Nord et sur le haut des montagnes. Une forêt de sapins. Un semis de sapins. La poix de Bourgogne est fournie par… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)